Skip to content

TRY AND SEE

16 janvier 2011

Adolescente, j’ai vu un documentaire à la télévision qui a littéralement fait bouillir le sang dans mes veines (la coagulation en moins), a déclenché un compte à rebours qui court encore.
Le sujet de ce documentaire et son personnage principal ont secoué mes deux hémisphères de silex cérébral et provoqué une étincelle électrique. Un éclair d’énergie pure qui a zebré à jamais ma vie. A tatoué dans mon esprit un fait invicible :

la possibilité éclatante d’inverser le cours des choses, réparer l’irréparable, reconstruire les ruines, défier la fatalité.

Le sujet du documentaire : Transformer le désert laissé par l’exploitation d’une mine de ciment en une forêt. En un oasis d’explosion végétale. En une réserve animale visitée par des milliers de personnes.
Le personnage principal : Dr. René HALLER. Le héros.

Jamais entendu un truc pareil, c’était les années 90, le développement ne voulait même pas être durable. Des messages de destruction de partout dans le monde. L’impuissance et l’angoisse. L’apocalypse était le scenario optimiste.
Un merveilleux choc.

Comment le Dr. HALLER s’y est-il pris ?
On est au Kenya, début des années 60, René est le jeune agronome suisse employé par une cimenterie pour diriger la ferme produisant fruits et légumes pour ses employés. Aux abords de la ferme : un paysage minéral, complètement désert, la lune au pied de la porte. Une mine de ciment exploitée jusqu’au bout, dépecée, vidée, laissée agonisante sous le soleil de l’équateur.

Rien à faire. Faut bien du ciment pour construire les maisons, on peut pas faire autrement. C’est comme ça. Imparable.
Pas pour René HALLER.

Il n’a pas 30 ans qu’il persuade la cimenterie de le laisser tenter une expérience. Il ne coûte rien d’essayer. Sa devise : TRY AND SEE.
Alors il essaie 26 essences d’arbres avant de trouver la seule suffisamment résistante pour s’implanter dans un sol quasiment dépourvu de nutriments organiques, il tient son espèce dite « pionnière ». Les feuilles de cette essence ressemblent à des aiguilles de Pin, leur surface réduite au minimum pour mieux résister à la sécheresse. Quand ces feuilles-aiguilles tombent, des microorganismes et des mille-pattes s’y développent qui les transforment en nutriments organiques. En humus, où d’autres végétaux peuvent désormais se développer. Naissance de la Baobab Farm.
Sortie de déroute et entrée dans le cercle vertueux.

À toute espèce pionnière, son pionnier, René HALLER.
Et bien sûr l’esprit d’expérimentation, le refus des évidences, la révolte constructive, ont trouvé leur meilleur partenaire dans la qualité la plus absolue de la vie, de la Nature.
LA RESILIENCE.
Réparer l’irréparable.

Quand il a fallu choisir un stage de deuxième année lors de mes études d’agronomie, aller parfaire mes connaissances à la Baobab Farm était plus qu’une évidence. J’ai même pu entraîner deux amis de promo avec moi et nous avons eu la chance de côtoyer pendant plus de 2 mois, le Dr HALLER. Cet homme humble a traversé sa vie doté d’un esprit curieux, inventif et optimiste. Il a réussi ce que personne ne croyait possible. Au-delà même de la « prouesse écologique », il est l’exemple d’une existe pleine et sans peur. Ainsi, il insistait pour que nous n’ayons pas peur d’échouer, qu’il fallait tenter et que même nos échecs étaient de précieuses sources d’informations. Lui-même, le modèle, l’exemple de la réussite, répétait sereinement avoir commis beaucoup d’erreurs. Erreurs qu’il a surmontées, dans un parfait esprit de …. RESILIENCE !

Mettre ses peurs au vestiaire et faire vivre ses idées, ses idéaux, c’est ça réussir sa vie. C’est ça s’épanouir, s’accomplir, être heureux. Lutter pour inverser le cours des choses est plus simple qu’il n’y paraît.

TRY AND SEE.

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :